La Grèce accélère les transferts depuis Moria en réponse à une pression accrue

Le gouvernement grec a annoncé qu'il transférerait environ 2000 demandeurs d'asile du camp de réfugiés de la Moria à Lesbos vers les terres d'ici la fin du mois de septembre. Cette initiative fait suite à une pression accrue de la part des organisations non-gouvernementales, de l'UNCHR et des autorités locales pour une amélioration des conditions de vie.

Moria, le premier centre d'accueil à Lesbos, compte actuellement plus de 8300 habitants, ce qui est presque trois fois sa capacité d'accueil. En parallèle, plus de 1500 personnes sont arrivées à Lesbos pendant les deux premières semaines du mois de septembre.

Nous recevons régulièrement des questions et des commentaires de beaucoup d'entre-vous concernant la situation à Moria. L'équipe de Refugee.Info s'est rendue à Moria plusieurs fois, et nous avons pu nous rendre compte que les conditions au camp sont pires que jamais. Nous vous donnons les dernières mises à jours de Lesbos ci-dessous.

Les responsables régionaux citent les risques pour la santé publique de la Moria

Le 10 septembre, le gouverneur du Nord de l'Egée, Christiana Kalogirou, a publié un avis déclarant que la moria était "inadaptée et dangereuse pour la santé publique et l'environnement". Elle a donné au Ministre des Migrations et au responsable du camp un délai de 30 jours pour améliorer les conditions sanitaires.

Les inspecteurs de la santé publique ont trouvé des quantités incontrôlables de déchets, de canalisations d'égout brisées et de poubelles débordantes. Les quartiers d'habitation étaient sales, il y avait de l'eau stagnante et des mouches dans les toilettes et la surpopulation entraînait un risque élevé de propagation de maladies.

Moria va t-il réellement fermer si la situation ne s'améliore pas et que le délai de 30 jours est dépassé?

En tant qu’équipe de journalistes, d’avocats et d’humanitaires grecs et réfugiés ayant une compréhension profonde de la réalité grecque, nous pensons que cela est hautement improbable. En règle générale, ces procédures juridiques ont tendance à être très longues et la fermeture de la Moria ne figure pas dans les plans du gouvernement national. Le gouvernement grec n’a pas non plus d’autres options de logement à offrir aux milliers de personnes résidant actuellement à Moria.

Depuis plusieurs mois, le Grèce essaie de trouver des moyens de décongestionner les îles et d'accélérer les transferts vers les terres pour les demandeurs d'asile éligibles, en priorisant les transferts en provenance de Lesbos, car Mora a atteint un point critique.

Mais ce processus a été très lent - parfois complètement à l'arrêt - à cause de la rareté des logements sur le continent.

Les organisations font pression sur le gouvernement grec pour que des mesures soient prises

Ces dernières semaines, des médias globaux et des organisations internationales ont mis en lumière la situation à Moria.

La BBC a décrit Moria comme le pire camp de réfugiés du monde.

Les conditions à Moria sont "honteuses", d'après 19 organisations non-gouvernementales qui appellent à la mise en place de solutions durables pour décongestionner les îles et améliorer les conditions dans tous les centres de premier accueil dans le nord de la Mer Egée.

La semaine dernière, le personnel de divers prestataires de services de Moria a organisé une grève pour protester contre la surpopulation et les conditions de travail sur le site.

L'organisation médicale et humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) a également appelé à l'évacuation d'urgence de toutes les personnes vulnérables, en particulier des enfants, vers un hébergement sûr sur le continent grec et au sein de l'Union européenne.

Le personnel de MSF sur le terrain a déclaré être témoin d'une «urgence sanitaire et de santé mentale sans précédent». L'organisation a signalé une augmentation des tentatives de suicide et de l'automutilation chez les enfants réfugiés, ainsi que des cas d'agression sexuelle.

La réponse du gouvernement grec

Le gouvernement grec a répondu à la pression en annonçant son intention de déplacer 2 000 demandeurs d'asile de Lesbos. La nouvelle vient après qu'ils aient déjà organisé des transferts massifs de personnes du camp de la Moria vers des camps situés sur le continent grec au cours des mois précédents.

Environ 3000 personnes ont été transférées depuis Moria vers e continent durant l'été, et 700 autres personnes ont été déplacées la semaine dernière, d'après le porte-parole du gouvernementDimitris Tzanakopoulos.

"La situation en Moria est en effet difficile, elle est en effet à la limite", a-t-il déclaré.

Le gouvernement décide de qui est transféré selon des facteurs incluant la vulnérabilité et le statut de la demande d'asile.

Comme toujours, nous vous tiendrons informés des dernières informations que nous recevons. Pendant ce temps, si vous êtes à Moria et que vous avez besoin d'accéder à des informations ou à des services juridiques, vous pouvez visiter notre site internet ou nous envoyer un message sur Facebook.